Je ne sais pas si c'est la période qui veut ça, en tout cas je suis déprimée au plus haut point. Je ne vois plus les belles choses du quotidien et je lutte pour ne pas sombrer encore plus. Je ne sais pas à quoi me raccrocher et je m'en veux parce que j'ai un toit sur la tête, un fils en bonne santé et 30 euros sur mon compte en banque. C'est pas énorme pour les 12 jours qu'il reste à tenir pour ce mois de septembre morose mais c'est suffisant pour manger. 
Je ne sais pas où trouver de la motivation pour vivre heureuse, pour vivre tout court, faire les choses qu'il faut faire.
Rien de très réjouissant, j'espère aller mieux pour le prochain billet ici.

EDIT DU SOIR: 
Je m'interroge, qu'est ce qui ne va pas? J'ai ce sentiment de déprime, de noirceur, mais pourquoi? Pourquoi n'arrive-je pas à dépasser ça? Je suis à un point où je n'arrive plus à avancer seule, jusqu'à présent je savais quoi combattre, le viol, la violence de mon enfance, mon père, mon deuil, mes démons, mais là quoi? Juste un sentiment de vide et de désespoir qui me paralyse.

Etablir un plan de sauvetage. Trouver des solutions.

1/ Prendre RDV chez le psy.

2/ Faire des démarches pour trouver un travail.

Je ne sais pas dans quoi me réfugier pour aller mieux, ne serait ce que deux secondes de répit. Chaque centimètre carré de ma peau est hypersensible et tendu, je suis à la fois aux aguets et si loin de tout, chaque battement de coeur et respiration est un effort. Pourquoi? 
Je ne fais quasiment rien de mes journées et pourtant je suis épuisée, épuisée. 
Je ne me sens pas en phase avec mon fils qui ne veut pas aller à l'école alors que je rêve qu'il y reste toute la journée afin de me reposer l'esprit et envisager d'avoir un travail. J'ai l'impression de me sacrifier en allant le chercher tous les midis, une matinée ça ne me suffit pas.